Ce fut une des forces des Etats-Unis : s'inspirer du traditionnel pour l'industrialiser vers plus de rentabilité. La machine à remonter le temps nous ramène ici en 1961, au coeur d'une coopérative de reliure. Ce reportage, si typique de la communication grandiloquente nord-américaine de l'époque, est interessant à plus d'un titre. D'abord, il décompose les étapes de la restauration classique et donne à voir les gestes techniques. Ensuite, il montre comment en attribuant chaque étape de la reliure à une personne en particulier, on peut accélerer le processus et, en quelque sorte, révolutionner un savoir-faire jusque là cantonné dans la tradition du compagnonage. La seconde partie du film nous fait pénétrer au coeur d'une usine de reliure ; le métier a été taylorisé et le premier pas vers la reliure industrielle franchi. Que l'on soit agacé par le ton, désespéré par les pratiques ou juste amusé par ce délire surrané, ce reportage reste un témoignage important pour l'histoire moderne du livre.