Trompe l'oeilL'enquête lexicologique nous apprend que le terme bibliophile apparaît rarement avant le XVIIIe siècle, on lui préfère celui de curiosité en fait de livre (Dictionnaire de l'Académie, 1694) comme on parle de cabinet de curiosités. La popularisation du terme bibliomanie précède même celui de bibliophile, grace à Guy Patin (1601-1672) et bibliomanie entre dans le Dictionnaire de Trévoux en 1721. Ce n'est en définitive qu'à la fin du XVIIIe siècle que ressurgit le terme de bibliophile pour désigner "une forme légitime de bibliomanie". "Il est bon d'être bibliophile, mais il ne faut pas être bibliomane" nous dit la 5ème édition du Dictionnaire de l'Académie française (1798). Sans toutefois être nommée, la bibliophile existe cependant depuis le premier siècle de notre ère et on la trouve évoquée dans Pétrone, Sénèque, Samosate, Pétrarque, etc.

Le résumé de ce cycle de conférences par Yann Sordet, où il est par ailleurs question de la bibliophile de l'incunable, est consultable en ligne ici.