Krumenacker a commencé par trier son corpus, ce qui ne fut pas une mince affaire : quels ouvrages sont protestants et quel ouvrages sont catholiques ? Au bout de sa peine, une première analyse peut commencer : les premiers livres protestants apparaissent en 1525, mais ils ne progressent vraiment que dans les années 1540-1542. D'ailleurs l'année 1542 montre un pic dans l'édition lyonnaise que l'on a quelque difficulté à expliquer.

Même si les éditions protestantes restent moins nombreuses que les catholiques, on est frappé de constater sur un des schémas la parfaite similarité des courbes catholiques et protestantes comme si à chaque sortie d'un ouvrage de l'un des courants, les presses attachés à l'autre courant se mettaient aussitôt en branle. En revanche sur les 137 libraires en activité sur cette période à Lyon, seulement 33 impriment des livres protestants.

Krumenacker souligne aussi le rôle important que jouèrent Sébastien Gryphe et Etienne Dolet, ce dernier choisissant la provocation en publiant Erasme, Marot, etc. En nous livrant cette photographie assez fidèle de l'état d'esprit de l'édition lyonnaise avant le succès de la Réforme, l'historien nous permet de mieux apprécier l'intérêt d'une édition lyonnaise que l'on possède éventuellement en la remettant en contexte historique et chronologique.

Pour télécharger l'étude de 19 pages, cliquez ici.