Bon, le site en est encore à ses balbutiements et il faudra s'armer de patience pour le considérer comme un outil pertinent pour la bibliophilie. Mais déjà la prometteuse rubrique sobrement intitulée répertoire pourrait déjà aider à vérifier les provenances très anciennes des exemplaires. Car la méthode de collecte relève de la gageure : une liste manuscrite de livres appartenant à un bibliophile du XVIIe siècle, oubliée entre les pages d'un ouvrage et retrouvée par un lecteur, est destinée à faire l'objet d'une notice sur le site plutôt que de dormir dans un tiroir d'obscures archives.

Modestes et prestigieuses bibliothèques des temps jadis se révèlent donc au fil des jours, nous laissant pénétrer dans ces sanctuaires oubliés du livre, dans ces bibliothèques dispersées depuis fort longtemps. Dans cet élan, le projet Biblifram semble plus porteur encore. La France possède environ 3500 inventaires anciens (VIIIe-XVIIIe s.) de bibliothèques, mais, contrairement à la plupart des pays européens, elle n'en a jamais publié le corpus. Biblifram s'attaque enfin à cette lourde tache.