Ce n'est pas la première fois que le géant américain de la vente aux enchère doit faire face à son rôle de receleur involontaire. La multiplication des cas flagrants de mise en vente d'objets volés avait même provoqué la réunion d'une commission spéciale au sein de l'Unesco. Et l'année dernière encore, on apprenait que près de 200 documents et livres volés dans les archives de la ville de New-York avait été écoulés sur deux années en utilisant eBay. C'est une lettre de quatre pages écrite par l'ancien vice-président John Calhoun (1824) qui avait alerté les autorités. Le procès qui suivit révéla que l’accusé était un employé du dépôt d’archives.

Cette fois-ci encore, ce sont plus de 1500 documents qui ont été subtilisés et la plupart placés en ligne sur eBay France. Parmi eux, l'édition originale de 1568 des Quatre premiers livres des navigations et pérégrinations orientales, de Nicolas de Nicolay (Brunet, IV, 67), dont il n'existe que très peu d'exemplaires connus.

La défense d'un des gardiens est pour le moins candide : « Quand je faisais ma ronde le soir, parfois, par curiosité, je feuilletais un livre. Et je l'emmenais. Ça a commencé comme ça. J'étais là depuis 1983, j'étais chez moi, je ne voyais pas le mal ».

Selon l'article publié par le quotidien La Montagne, les gardiens ont réalisé sur eBay 1.200 ventes pour un montant de 65.000 € : « On a joué au marchand. Des tableaux, je sais que ça vaut cher parce qu'on le voit à la télé mais des livres, je ne me rendais pas compte ». Le juge : « Ceux qui les achetaient à prix bradés devaient bien se rendre compte, eux, de l'aubaine ! »

Au final, le couple de gardiens risque deux ans de prison, dont un avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve ; une centaine d'ouvrages a été récupéré chez le couple ou chez les récents acquéreurs sur eBay mais il en manque encore plus de 1.300. Parmi lesquels, le Nicolas de Nicolay.