Et s'il fallait revoir les raisons du succès d'édition des siècles précédents ? C'est la question que pose un chercheur de l'Université d'Oxford, Claudine van Hensbergen, après avoir découvert que The Cabinet of Love, un ensemble de pièces poétiques pornographiques, fut inséré dans les éditions anglaises des Oeuvres des comtes de Rochester et Roscommon.

Ces poèmes scandaleux composés de vers à la louange des godemichets et préservatifs furent introduits à la fin de l'ouvrage par l'imprimeur anglais Edmund Curll à partir de 1714. Ce dernier compta alors sur le colportage de bouche à oreille pour mieux vendre son stock. Dès lors, il faut sans doute mesurer à cette nouvelle aune, à la fois le succès qu'obtint les œuvres de Rochester et aussi la réputation scandaleuse qui fut associée à son nom. Un élément bibliographique qui était resté jusque là totalement ignoré.

On notera pour l'anecdote qu'une des odes raconte le désespoir du peuple anglais lorsque furent brûlés tous les sex toys, après que le Gouvernement anglais prit la décision d'interdire l'importation de produits français...

Source : Université d'Oxford.